Actus,  French Abroad

Mexico, l’expérience qui fait grandir

J’étais au début de ma troisième année d’étude lorsque j’ai appris que je devais partir à l’étranger lors de mon premier semestre de Master 1. En effet, à l’école où j’étudiais encore à l’époque, nous devions obligatoirement partir à l’étranger soit à travers un stage, soit à travers un semestre d’études dans une école partenaire. À la fois inquiète mais également excitée à l’idée de pouvoir pour la première fois partir seule, j’ai donc dès le début de l’année commencé à effectuer mes recherches. Après quelques semaines d’autonomie, je me suis rapidement aperçue que de nombreux choix s’imposerait alors à moi. J’ai donc décidé d’en parler vite à mes parents afin qu’ils puissent m’accompagner dans ces derniers. Contrairement à beaucoup d’étudiants, ici, je n’avais pas le choix de partir ou non, je devais le faire. Autrement dit, pas d’étranger, pas de master… Dans cet article, je vais donc vous détailler un à un les choix auxquels je me suis retrouvée confrontée. Cela vous éclairera peut-être vous aussi un peu plus dans vos recherches. 

Choix n°1 : Études ou stage ? 

Phase 1 : En parler

Le premier choix que j’ai dû faire fût celui de décider si je souhaitais étudier ou effectuer un stage. Pas évident… En effet, ces deux possibilités ont chacune leurs avantages. Étudier me permettrait d’élargir mes connaissances, mes compétences et d’également découvrir de nouvelles matières. Alors que le stage me permettrait au contraire de confirmer mes compétences, acquérir de nouvelles méthodes de travail et commencer à côtoyer le monde professionnel. Après de nombreux dîners-débats avec mes parents, et alors que tous mes amis décidèrent de faire un stage, j’ai finalement choisi l’option études. À savoir que je ne me sentais pas forcément prête non plus à entrer aussi rapidement dans le monde professionnel, et encore moins à l’étranger…

Choix n°2 : Et dans quel pays ? 

Phase 1 : Sélectionner

Ce deuxième choix fût le plus long et le plus difficile à prendre… Après avoir choisi le type de séjour, je devais maintenant me pencher sur la destination. Et cela s’est révélé bien plus complexe que je l’imaginais. Je rêvais d’ailleurs, de dépaysement et par dessus tout (je n’ai jamais vraiment su pourquoi), je voulais partir loin ! Contrairement à mes amis, j’avais d’ors et déjà éliminé les pays proches de la France, comme la Belgique, les pays scandinaves ou encore l’Espagne. Pour ceux qui partaient en études, nous avions la chance d’être dans une école ayant des partenariats avec d’autres établissements dans un grand nombre de pays partout dans le monde.

Phase 2 : Convaincre

Et après avoir lu et relu une bonne centaine de fois la liste avec toutes les écoles, j’ai finalement décidé de faire un top 3 des écoles qui me plaisaient le plus. Ces dernières se situant dans des pays très différents tels que la Nouvelle Zélande, l’Australie et le Mexique, en premier choix. Mais les choses se sont alors compliquées lorsque j’ai annoncé ce choix à mes parents… En effet, tous deux avaient des idées préconçues très négatives du Mexique. Compréhensible, puisque ce pays est reconnu comme celui avec le plus haut taux d’insécurité et de criminalité depuis nombreuses années. Alors au départ, c’était un non catégorique. Ils campaient sur leurs positions alors que je ne souhaitais qu’une seule chose : y partir…

Phase 3 : Rassurer

J‘ai donc compris qu’ils devaient être rassurés. J’ai donc commencé à rechercher des informations sur le pays, le quartier où se situait l’école ainsi que les quartiers sécurisés dans lesquels je pourrais habiter. De plus, je savais que des étudiants internationaux étudiaient à mon école et notamment des mexicains, j’ai donc pris contact avec eux pour qu’ils me renseignent un peu plus. La coordinatrice de l’école m’a également informée que l’un des directeurs des études s’était rendu à Mexico récemment. Ni une, ni deux, je l’ai contacté afin de prendre un rendez-vous avec lui pour rassurer au maximum mes parents. Et après de nombreuses semaines de travail sans lâcher prise, ils ont finalement accepté de me laisser partir là bas avec une seule condition : Qu’ils m’accompagnent pour m’y installer.

Choix n°3 : Choisir le logement

Phase 1 : S’informer

Après ce soulagement de l’approbation de mes parents, je pouvais enfin me concentrer sur la recherche de mon logement. J’ai donc intégré des groupes de réseaux sociaux à Mexico afin de pouvoir m’informer, et ai également contacté des étudiants de mon école déjà sur place. Ces derniers ont alors pu beaucoup m’aider sur les quartiers les plus tranquilles et sécurisés de la ville, sans trop s’éloigner de mon école. Après de nombreuses recherches, j’ai donc encore une fois été confrontée à de multiples choix concernant le logement, mais cette fois-ci le choix s’est avéré beaucoup plus simple que le précédent. En effet, le campus de l’école n’ayant pas de logement, je devais donc en trouver un par moi-même. Ainsi, deux options s’offraient à moi : La colocation avec des étudiants des quatre coins du monde, ou le Airbnb.

Phase 2 : Choisir

Après avoir eu quelques retours sur ces fameuses collocations, je me suis vite aperçue que cela ne rassurerait pas tant mes parents et ne me convenait pas non plus. Avec des collocations parfois à quinze, des soirées tous les soirs et souvent des histoires de vols, je me suis donc tournée vers le Airbnb. C’est ainsi que j’ai pu trouver la chambre parfaite avec ma propre salle de bain au sein d’une maison familiale, ce qui me permettrait en plus d’être familiarisée dès le départ avec la population locale et d’approfondir mon niveau de langue. J’étais donc dans une dépendance sur le toit de la maison et était complètement libre de mes allers-venus. Bien qu’Airbnb soit une solution financièrement un peu plus chère que la collocation, elle est cependant apparue comme la plus saine et la plus sécurisée. Points essentiels pour mes parents.

 

Une fois ces trois choix décidés, il ne me restait plus qu’une chose à faire. Partir et profiter à 100% de cette aventure. Malgré un volume de travail conséquent, cette expérience m’a énormément apporté. En effet, j’ai pu y découvrir une nouvelle filière professionnelle, mais pas que. Par dessus tout, j’ai pu y rencontrer des personnes que je n’aurais jamais rencontré auparavant.

Alors si vous aussi vous avez ce projet de partir étudier à l’étranger, alors n’hésitez plus, foncez ! Foncez mais soyez logiques. Parlez-en et récoltez un maximum d’informations afin de faire les bons choix. 

Vous avez des questions budget ? Alors c’est ici que ça se passe. Vous ne savez pas où partir ? Alors c’est par

Et maintenant, à vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *